Le mélangisme, entre plaisir et sensualité

Selon Wikipédia : « le mélangisme est une forme particulière de sexualité de groupe dans laquelle les membres d’un groupe, plus ou moins nombreux, formé de couples et/ou de célibataires, ont des relations socio-sexuelles fondées sur le flirt poussé».

melangisme

Cette définition, un peu trop « intellectuelle », signifie que le mélangisme est une forme de libertinage où deux ou plusieurs couples partagent des moments de plaisir intenses sans aboutir à la pénétration. En effet, les différents mélangistes se contentent d’actes de préliminaires, réservant la pénétration proprement dite au partenaire « légitime ».

Origines du mélangisme

Le mélangisme est né dans les années 1990, clandestinement, dans les milieux plutôt intellectuels et artistiques parisiens. Il apparait comme une continuité logique du libertinage du 18e siècle mais qui intègre une certaine peur sociale : la peur du SIDA.

En effet, la limitation des actes sexuels par les mélangistes eux même apparait comme une protection contre cette maladie qui restait, dans les années 90, assez méconnue ou mal maitrisée.

Cette pratique est devenue, par la suite, une forme de fantasme où des couples cherchent à pimenter leur vie sexuelle en y invitant d’autres partenaires.

Le mélangisme en pratique

Le mélangisme consiste, donc, à s’échanger des caresses, des bisous, des baisers et, selon les envies, d’autres pratiques sexuelles plus intimes.

Certains couples ne cherchent, dans le mélangisme, que le fait de pratiquer la fellation ou le cunnilingus, d’être caressé, masturbé, ou intégré dans une « chaine de plaisir ».

Les bases du mélangisme sont l’ouverture d’esprit sans tabous ni obsession, la convivialité et le bien-être, la joie et le plaisir d’être chouchouté par une autre personne, la beauté des corps, la sensualité des gestes, le décor intimiste et feutré, le respect mutuel et l’harmonie.

Mélangisme et échangisme, de faux amis

La confusion entre mélanisme et échangisme émane du fait que la frontière entre les deux est véritablement étroite.

Cependant, et alors que le mélangisme se contente de caresses, fellation, cunnilingus et autres baisers, l’échangisme va plus loin et arrive à un échange effectif de partenaires sexuels entre les couples présents qui se permettent tout, ou presque.

L’échangisme est plus charnel et le mélangisme centré sur le plaisir et la sensualité.

Le mélangisme, du côte-à-côtisme développé ?

En effet, le mélangisme est une forme de côte-à-côtisme poussé. Alors que le côte-à-côtisme interdit toute interaction entre les couples qui ne font qu’exhiber leurs ébats sexuels et regardent les autres faire de même, le mélangisme pousse un peu plus loin cette expérience et admet les contacts physiques entre les différents participants.

Inscription gratuite sur Site Libertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *