Le Sado Masochisme dans le libertinage

Le SM ou sadomasochisme est un ensemble de pratiques sexuelles qui, malgré qu’elles sont peu fréquentes en club, sont bien réelles et ont plusieurs adeptes.

Le SM consiste à créer un plaisir, plus ou moins sexuel, à partir de l’apparition de réactions sensations de douleur. En général, le SM se pratique entre un(e) maître (ses) et un esclave ou soumis(e). Le premier va infliger ses ‘punitions’ au second pour voir apparaitre, chez lui, des réactions de souffrance (cris, hurlements, larmes, etc.) et, idéalement, un orgasme.

Les adeptes du SM présentent, d’une façon quasi-naturelle, le caractère de dominateur qui aime prendre le pouvoir sur son esclave, de soumis qui aime être sous l’emprise de son maître, d’un sadique qui aime infliger la douleur aux autres ou d’un masochiste qui aime subir la douleur.

Aimer la douleur et aimer punir ou torturer les autres peut être perçu comme une certaine inhumanité. Cependant, le SM peut être considéré comme les sports extrêmes qui sont, certes, dangereux et sortent de l’ordinaire, mais, dont les fans se protègent avant de les exercer. De ce fait, le SM est, à la fois, douloureux, mais, sans risques majeurs pour la vie des personnes.

Dans le monde libertin, le SM se fait, principalement, entre un homme soumis et sa maîtresse ou un maître et sa soumise ou soubrette. Il est rare de voir des annonces de femmes soumises ou de maîtresses.

Certains croient que le SM se fait, obligatoirement, en groupe et est synonyme de libertinage, ce qui est faux. En effet, le SM se fait aussi en couple et peut être soft (doux) ou hard (violent).

Si vous visitez un club libertin SM, vous y trouverez difficilement du SM hard car aucun club ni inconnus entre eux ne voudraient se risquer à ce type de pratiques qui peuvent aller très, même trop, loin (feux, aiguilles, clous, etc.).

Lors d’une soirée libertine, le SM peut se faire grâce à des pinces tetons, le fameux BDSM ou bondage, les menottes, quelques fessées, la flagellation au martinet ou la mise en scène de scénario de viol collectif.

Autres les douleurs physiques, l’humiliation fait aussi partie du SM. Une humiliation par les mots ou une humiliation par des faits (crachat, baffes, déshabillage en force, etc.).

Pour conclure, il faut comprendre que le SM est un ensemble de pratiques sexuelles basées sur le plaisir par la douleur (physique ou mentale) qui restent, parfois, marginales en milieu libertin mais qui doivent être connues et comprises pour mieux les accepter.

Inscription gratuite sur Site Libertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *