Femme mûre

Si vous êtes amateur de femme d’expériences : femme mature, milf ou cougar, profitez d’une série complète de photos d’une femme mûre à grosse poitrine naturelle. Libertine par dessus tout, elle s’exhibe toute nue, en lingerie sexy et n’hésite pas à mettre ses gros seins en valeur.

  • Gros seins naturels

    Femme mûre aux gros seins naturelsAvec sa grosse poitrine naturelle, inutile de vous dire que cette femme mûre vous fait bander en une seconde chrono. Cuissardes, robe ultra moulante et string ficelle qui rentre à fond dans le cul. Sacré numéro, non ?

  • Femme mûre sexy

    Femme mûre sexyEn shorty ou string, elle ne perd pas une seconde pour exhiber ses gros seins et sa grosse paire de fesses. Dans son soutiens-gorge façon Bikini, les nibards sont tellement énormes qu’il débordent de chaque côté.

  • Exhib sexy à la plage

    Femme mûre sexy à la plageL’air marin et la chaleur sont réunis pour une exhibition sexy à la plage. Dans sa petite robe moulante, la femme mûre montre délicatement ses gros seins. Dans l’eau de mer, elle remonte la robe et exhibe son gros cul en string.

  • Femme mûre nue

    Femme mûre nueToujours aussi pulpeuse et excitante, notre femme mûre exhibe ses gros seins et les laisse déborder dans un soutien-gorge ouvert. Plus que jamais libertine, elle montre aussi son bon gros cul et sa belle chatte qui dégouline de plaisir.

  • Belle paire de seins

    Belle paire de seins dans un haut moulantDès fois, il vaut mieux deviner les choses que de les voir. C’est ce que cette femme mûre s’est dit en enfilant ce petit haut sexy. Érotique et sensuelle, elle laisse entrevoir sa belle et grosse paire de seins à travers.

  • Soubrette sexy

    Soubrette en lingerie sexy (gros seins)Quand elle fait son petit ménage à la maison, la femme mûre en profite pour sortir sa tenue fétiche. Elle joue du plumeau dans un ensemble transparent de soubrette sexy. Gros seins et beau cul au programme.

  • Nuisette moulante

    Nuisette moulante et sexyQuand on voit une telle nuisette, il est difficile de résister à l’envie de l’enlever complètement. C’est ce que se dit le mec qui prend la femme mûre en photo quand il voit d’aussi jolies formes.

  • Bikini sexy et gros seins

    Grosse poitrine et gros cul en Bikini sexyQuand le temps s’y prête, cette femme mûre aime déambuler dans son jardin en Bikini. C’est l’occasion pour elle d’exhiber sa grosse poitrine et son bon gros cul. Le string lui rentre dans la raie.

  • Photos femme mûre

    Femme mûre : string ficelle dans la raie du culPour conclure, notre femme mûre sexy nous offre une série de photos d’elle dans différentes tenue et situation. À chaque fois, elle exhibe ses grosses loches et ses fesses charnues.

L’histoire érotique d’une femme mûre
Attachée contre un arbre

Ce dimanche-là du mois de septembre dernier, il faisait un temps magnifique. Le soleil était resplendissant, aucun nuage ne venait assombrir sa lumière, les oiseaux gazouillaient… un véritable été indien, comme dans la chanson de Joe Dassin.

Nous avions décidé de nous offrir un petit pique-nique en amoureux dans le bois non loin de notre maison. Petite nappe à carreaux vichy, malle en osier, bouteille de bon vin, quelques crudités et un carré de fromage, voilà ce qui nous attendait. Nous sommes partis main dans la main, l’un contre l’autre pour trouver notre petit coin de paradis du soir, rien que pour nous, à quelques mètres du chemin, à l’abri d’éventuels regards de promeneurs. Nous nous sommes installés sur un petit carré de mousse et d’herbe encore bien verte et nous avons pris l’apéritif.

C’était un moment rempli de douceur, nous discutions, nous échangions des sourires, des fous rires aussi, c’était un moment de complicité comme nous aimons en partager mon mari et moi.
Tout en grignotant les derniers radis en guise de dessert, je me suis levée pour me diriger vers un arbre, un grand arbre, un chêne je crois car je le trouvais magnifique. Son tronc était large, son écorce ressemblait à une vieille croûte faisant de jolis dessins, et, surtout, j’avais cru apercevoir un écureuil sur le haut d’une de ses branches.

Ce n’est qu’arrivée tout près de ce grand chêne que j’ai senti la présence de mon mari derrière moi. Je ne m’étais pas retournée, je n’avais même pas entendu ses pas et j’ai à peine eu le temps de tourner la tête pour lui demander la raison de sa présence dans mon dos que j’ai vite compris ce qu’il allait m’arriver. Il a passé une corde tout autour de moi sans que je n’aie le temps de me débattre, serrant mes bras le long de mon corps, j’ai poussé un petit cri vite étouffé par sa main collée sur ma bouche. « Pas un mot », m’a-t-il dit, « pas un cri, rien ».

Il m’a alors plaquée contre l’arbre, face à lui et il a pris soin de faire le tour de l’arbre à deux reprises afin de me ligoter, sans que je puisse bouger ni les bras, ni les jambes. Des frissons m’ont envahie, mon souffle s’est accéléré, je n’avais pas le droit de parler, il venait de me l’interdire et pourtant, j’avais envie de lui demander ce qu’il comptait faire de moi.
Peine perdue, j’ai à peine ouvert la bouche qu’il a nouveau mis sa main dessus. « Si tu désobéis à mes ordres, tu va être punie et je risque d’être très sévère » a-t-il chuchoté. Je savais qu’il était capable d’être cruel envers moi, nous avions déjà fait quelques séances de soumission à la maison et quand je n’étais pas docile, il savait me remettre dans le droit chemin, à sa manière, ce que j’acceptais avec plaisir car c’était un jeu entre nous.

Je me suis donc tue, le laissant posséder mon corps comme bon lui semblait. Il s’est approché de mon front, m’a déposé un baiser, puis un autre sur ma bouche, il a fait un pas en arrière, a saisi le col de mon chemisier et à tirer de chaque côté violemment. Les boutons ont volés, je me retrouvais en soutien gorge, là, devant lui, à sa disposition.
Il a sorti un couteau de sa poche et a coupé les bretelles de mon soutien gorge, l’arrachant avec la même force que mon petit haut. Je me retrouvais les seins nus, au beau milieu des bois, sous le regard des oiseaux qui continuaient à gazouiller, comme si de rien n’était.

Les battements de mon cœur se sont accélérés. Mon souffle devenait de plus en plus fort, je me mordais la lèvre inférieure, je commençais à être excitée par ce que j’étais en train de vivre.
Il a pris mes seins à pleine main pour les embrasser, passant sa langue sur mes tétons déjà gonflés de plaisir. Sa langue allait et venait à n‘en plus finir puis j’ai senti ses dents, une première morsure sur le bout de mes seins, puis une deuxième, plus forte, j’ai grimacé pour étouffer un cri, il s’est jeté sur mon autre sein pour refaire ce qu’il venait de faire.
Puis il s’est reculé de nouveau, m’a regardée dans les yeux, m’a de nouveau baisé le front puis a sauvagement baissé ma jupe, entrainant ma culotte à mes chevilles. J’étais maintenant totalement nue, totalement à sa merci, totalement contrainte à ses désirs.

Délicatement, il s’est mis à m’embrasser le corps, déposant sa langue et ses lèvres dans mon cou, sur mes épaules, mes seins, mon ventre, mes cuisses, de nouveau mes seins, puis il est descendu sur mon pubis, il y a déposé un long baiser, il s’est relevé et j’ai vu sa main s’approcher de mon sexe, deux doigts pointant en avant.

Il a écarté mes lèvres qui étaient humides pour glisser ses doigts dans mon intimité. Mon corps s’est mis à trembler quand j’ai senti que je me faisais pénétrer. Les bouts de ses doigts se sont recroquevillés dans mon vagin, effleurant mon point G. Il savait où il se situait le coquin, il savait qu’en me le caressant, il allait me faire monter haut, très haut, il savait que je risquais de m’échapper, de me perdre, de m’abandonner.

Avec douceur mais fermeté, il s’est mis à jouer avec ses doigts en moi, je me mordais encore plus fort les lèvres, j’avais du mal à avaler ma salive, je respirais de plus en plus fort, je savais que je n’avais pas le droit de lâcher ne serait-ce qu’un petit cri. J’ai senti le plaisir monter, il ne s’arrêtait pas, au contraire même, plus je gémissais discrètement, plus il accélérait ses mouvements. Mon orgasme était proche, je le sentais venir, j’ai fermé les yeux, mon corps s’est tendu, je tremblais en même temps, de partout, et j’ai senti la jouissance m’envahir, tout s’est bousculé en moi, comme si j’étais ivre, ivre de plaisir, ivre de bien-être, enivrée par l’extase totale que venait de m’offrir mon homme, mon mari, mon amoureux, mon maître et mon complice.

Mon corps s’est relâché, mon cœur battait à la chamade, j’étais essoufflée, je ne savais plus où j’étais et de toute façon, j’étais ailleurs, j’avais oublié que j’étais nue mais je savais une chose : j’étais bien.
Mon homme a délicatement retiré ses doigts, il s’est avancé vers moi, m’a souri et il a déposé un dernier baiser sur mon front. C’est à ce moment-là que j’ai su où j’étais : j’étais au septième ciel, avec les anges…